La disparition du sujet d’invention au bac de français : une décision malencontreuse.
 


  10 avril 2018

L’orthographe ? Je verrai ça après !
À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse…(Lire la suite)

27 mars 2018

Intelligence et habileté intellectuelle
Intelligence et habileté intellectuelle sont bien deux choses distinctes. L’intelligence est large et voudrait tout embrasser ; l’habileté intellectuelle est aiguisée et voudrait tout manipuler. On confond souvent les deux…(Lire la suite)

13 mars 2018

La disparition du sujet d’invention au bac de français : une décision malencontreuse
Selon Le Monde, le gouvernement prévoit, dans sa réforme du bac, de supprimer l’un des 3 sujets de l’écrit de français, à savoir le sujet d’invention, pour cause de « bilan mitigé » : bon diagnostic, mauvais remède…(Lire la suite)

27 février 2018

Bescherelle: un exercisier numérique
C’est avec beaucoup de plaisir (et d’honneur) que j’ai participé à la rédaction des exercices et des fiches de cours de la nouvelle application Bescherelle.
Elle est disponible pour le moment sur l’AppStore mais évoluera bientôt vers de nouveaux supports.
Elle propose une large gamme d’entraînements à l’orthographe et à la rédaction…(Lire la suite)


Quelques rébus orthographiques
Voici quelques rébus dont la réponse prend en compte l’alphabet et la typographie.
Exemple :
C POMPES MARCHER
(Solution: Marcher à côté de ses pompes)…(Lire la suite)

23 janvier 2018

Un poème en escalier
Que remarquez-vous dans le texte suivant ? Et qu’en dites-vous ?…(Lire la suite)

9 janvier 2018

Niveaux de connaissance
Il y a l’opaque ignorance. Ensuite, il y a l’intuition, ce doute étrange. Puis, la recherche et l’interrogation. Ensuite, des morceaux de compréhension, des fragments de connaissance. Puis l’appréhension plus complète, mais encore superficielle, uniquement intellectuelle : on comprend une chose mais, pour ainsi dire, de l’extérieur. On en voit les contours, on en saisit les leviers, les mécanismes, on en écrirait bientôt une dissertation, puis un traité. Mais cette forme de connaissance n’est pas encore, selon moi, la forme ultime de la connaissance…(Lire la suite)

26 décembre 2017

L’accord des noms composés : un exemple de difficulté orthographique « intéressante ».
Ce que j’appelle une « difficulté intéressante » est une difficulté dont la résolution fait appel à l’esprit d’analyse et à la logique – à la différence d’une difficulté dont la réponse présenterait quelque chose d’arbitraire ou de hasardeux, et qu’on pourrait alors qualifier d’anomalie. La règle de départ est simple et…(Lire la suite)

12 décembre 2017

Dissertation de philosophie : interrogez le présupposé.
Voilà bien l’outil le plus commode pour débrouiller vos sujets de philo : le présupposé. De quoi s’agit-il ? Si l’on partait d’un peu plus loin, on pourrait d’abord dire de lui qu’il est une sorte de cousin éloigné du préjugé…(Lire la suite)

28 novembre 2017

Les Boloss, par Jean R.
Hommage doit être rendu à une grande figure du cinéma et du théâtre français, qui nous a quittés le mois dernier pour rejoindre l’Olympe des passeurs de mots…(Lire la suite)

 

Tous les articles

La disparition du sujet d’invention au bac de français : une décision malencontreuse.

Selon Le Monde, le gouvernement prévoit, dans sa réforme du bac, de supprimer l’un des 3 sujets de l’écrit de français, à savoir le sujet d’invention, pour cause de « bilan mitigé ».

Le verdict n’est pas faux, car l’arrivée, en 2002, de ce nouvel exercice, a déséquilibré les choix des candidats au bac, et donc en amont, la préparation des 3 exercices, les 2 autres restant (historiquement) le commentaire composé et la dissertation. Pour beaucoup, le sujet d’invention est devenu le sujet sur lequel on se rabat, puisqu’a priori, il ne nécessite pas de connaissances techniques ou littéraires. Il y avait donc des tas de mauvaises raisons de prendre le sujet d’invention au bac, et certaines copies ne faisaient effectivement pas honneur à leurs auteurs… Pour autant – et au-delà de ce déséquilibre stratégique – est-ce qu’en lui-même le sujet d’invention était un sous-exercice, méritant de finir à la poubelle ?

Il faut rappeler ici pourquoi ce sujet a été proposé il y a une quinzaine d’années. De nombreux professeurs, pédagogues et écrivains, se plaignaient, à raison selon moi, du fait que l’initiation aux grands textes littéraires ne se fît que par le biais de l’analyse. Penser que relever des périphrases dans un poème de Hugo et connaître les dates de naissance et de décès de Chateaubriand puissent suffire à faire de futurs lecteurs (parce que c’est tout de même le but, non ?), voilà qui ne satisfaisait pas ces pédagogues, qui réclamaient autre chose que l’analyse et la confrontation. Il s’agissait de faire écrire, et non plus seulement de faire analyser des écrits.

Je prends une image. Vous voulez faire découvrir l’équitation à un adolescent. Vous l’emmenez donc dans un club, lui montrez des chevaux, des boxes, des cavaliers et cavalières trotter, galoper, franchir des obstacles, etc. Puis, vous l’emmenez avec d’autres adolescents dans une confortable salle de projection, où vous lui diffusez d’intéressants documentaires sur la vie du cheval, son entretien, puis vous lui montrez les plus beaux championnats d’équitation, de dressage… Puis vous l’emmenez dans une salle avec un tableau, lui enseignez les bases de l’hippologie, il doit prendre des notes, retenir des noms complexes… alors vous lui donnez un temps déterminé pour les mémoriser, en lui disant qu’il aura un contrôle. Vous lui faites ce contrôle, lui mettez une note, et le renvoyez chez lui. Avez-vous fait découvrir le cheval à cet adolescent ? Est-ce que vous n’avez pas oublié, dans votre vaste programme, une chose, une toute petite chose, un infime détail ?… Peut-être auriez-vous pu, avec les précautions nécessaires, le faire monter sur un cheval, non ?

C’était le sens du sujet d’invention. Non seulement il confrontait l’élève à ce si beau travail d’artisanat des écrivains, mais il était aussi voué à tirer leur style vers le haut. Si vous êtes capable de rédiger un pamphlet ou un poème en vers libre, vous n’aurez guère de difficulté à rédiger une lettre de motivation…

Supprimer le sujet d’invention, c’est revenir à cette intellectualisation exclusive des textes littéraires qui ne les fait pas aussi bien découvrir qu’elle le croit. Je renvoie au mémorable Cercle des poètes disparus qui démontre tout cela très bien. La part sensible de la lecture n’est pas une option. On ne transmet pas une poésie comme on transmet la structure d’une molécule ou la signature d’un armistice. C’est là toute la particularité des Lettres, qui ne sont pas tant une discipline de connaissances qu’une sensibilité.

Pour autant, je n’irai pas condamner totalement l’approche analytique. L’étude approfondie d’un grand texte, jusque dans ses coutures les plus fines (le commentaire), et la confrontation de plusieurs textes autour d’une question (la dissertation) sont deux excellentes activités. La première permet de découvrir précisément toutes les potentialités de la langue (le sous-entendu d’un adjectif, la dimension d’un temps, l’émotion contenue dans une périphrase…) ; la seconde, qui est la Rolls Royce des sujets du secondaire et du supérieur, apprend à relier les points, à confronter et organiser des connaissances autour d’un axe précis. La légitimité et l’utilité de ces deux exercices n’est même pas à discuter. Ce que je regrette (par anticipation), c’est qu’ils ne soient plus équilibrés par un sujet de production écrite créative. A priori la réforme s’oriente vers la proposition d’une deuxième dissertation, peut-être avec l’idée de s’aligner sur l’épreuve de philo, qui est constituée d’un choix entre deux sujets de dissert et une explication de texte. Mais la philo et les Lettres ne sont pas la même chose…

En faisant disparaître le sujet d’invention, le ministère ampute, à mon avis,  l’initiation aux grands textes de sa part active et sensible : l’objet littéraire reste enfermé dans le bocal des « sciences » humaines.

_

_

mardi 13 mars 2018

_

_

_

 



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Plan du site | Sitemap | Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain