Les enfants philosophes
 


  24 mars 2020

Point de situation -confinement et apprentissage(s) en ligne
La situation inédite dans laquelle nous nous trouvons tous va nous demander des adaptations ponctuelles et profondes.
Voici les miennes :
> tous mes cours sont maintenus mais ils passent en ligne, pendant la période de confinement, avec les mêmes contenus ;
> il en va de même pour…(Lire la suite)

10 mars 2020

Conjugaison : trois astuces mnémotechniques
Vous n’arrivez pas à retenir le tableau des modes et des temps ?
Retenez ce code : ISCIPI 843222.
Ce sont les initiales et…(Lire la suite)

25 février 2020

La « valeur » d’un argument
Qu’il s’agisse des thèses qu’on défend ou des thèses qu’on entend défendre, il est utile d’évaluer la qualité, le poids -en un mot la valeur des arguments qui les soutiennent ; ceux-ci peuvent être imaginés comme des métaux, dont certains seraient plus ou moins purs, plus ou moins rares : filant la métaphore, on pourrait parler d’arguments en or, d’arguments en argent… d’arguments en zinc ou en ferraille…(Lire la suite)

11 février 2020

Commentaire composé au bac de français : comment organiser son temps sur 4 heures ?
Petit document de travail à l’usage des Lycéens : ma méthode pour enchaîner les différentes phases du commentaire de texte. Environ 2h15 de brouillon (incluant bien sûr plusieurs lectures) et 1h45 de propre. Le détail ci-après…(Lire la suite)

28 janvier 2020

Un cimetière de mots : « Les disparus du Littré »
Fuserolle, haricoter, interjectivement, margarite, officiat, enclassement, réparition, solarien, xyloculture, affiloires…
Ces mots ne paraissent-ils pas curieux à la lecture ? Ne sonnent-ils pas étrangement à l’oreille ? Ne semblent-ils pas familiers et, paradoxalement, lointains, presque exotiques ?…(Lire la suite)

14 janvier 2020

Philosophie – Qu’est-ce qu’une réfutation ?
La réfutation est un procédé rhétorique, assez solide et assez courageux, consistant, afin d’exposer son point de vue, à énumérer les critiques de son adversaire, pour les démonter une par une…(Lire la suite)

24 décembre 2019

À propos de « Noël » (billet étymologique)
Le mot vient du latin natalis dies et par substantivation natalis : «jour de naissance», utilisé pour désigner la Nativité du Christ (CNRTL). Par un phénomène phonétique appelé dissimilation, le mot a évolué…(Lire la suite)

10 décembre 2019

La nouvelle la plus courte du monde ?
Je me permets de reproduire ici l’excellent texte de Claude Bourgeyx, intitulé « Lucien », qui fait la preuve qu’un coquillage peut contenir un univers : la nouvelle ne fait qu’une page.(Lire la suite)

26 novembre 2019

Philosophie : 1001 sujets…
… à picorer dans les archives des académies, à la fin du siècle dernier. C’est cadeau.(Lire la suite)

12 novembre 2019

Comment élaborer un bon bilan orthographique ?
Voici, selon moi, quelques critères qui peuvent permettre d’évaluer de manière juste, fine et complète le niveau en orthographe de quelqu’un.(Lire la suite)

 

Tous les articles

Les enfants philosophes

– Papa, pourquoi tu vas au travail ?
– Attends, chéri, Papa parle de quelque chose d’important  avec Parrain au téléphone. Oui désolé, c’était rien, bon, pour le dégrèvement d’impôts, tu sais qui je dois appeler ?…

– Maman, il a quoi, cet oiseau ?
– Touche pas chéri, il est mort.
– C’est quoi être mort ?
– C’est comme dormir, mais longtemps.
– Il va se réveiller ?
– Non.
– Alors c’est pas comme dormir…
– Écoute chéri, avance plus vite, on a des choses importantes à faire : Mamie arrive dans une heure et je n’ai encore rien rangé dans la maison, toi aussi d’ailleurs tu dois ranger ta chambre.

Visiblement les adultes ont une définition quelque peu discutable de ce qui est « important ». Une vie remplie de contraintes pratiques, matérielles, les a éloignés, pour une grande majorité d’entre eux, de ces questions existentielles qu’ils se posaient, enfants.

C’est d’ailleurs avec un certain attendrissement, légèrement teinté de condescendance, qu’ils essayent de répondre à ces questions de leurs propres enfants, que ceux-ci  leur posent, quand on y prête attention, avec une vraie sincérité, et très sérieusement  – questions « naïves », leur semble-t-il.

Pourtant, ces questions devraient être prises au sérieux, justement.

L’âge de raison

À l’âge que je situe (à l’estime) entre cinq et onze ans, les enfants ont une aptitude naturelle au questionnement. Or, le questionnement est la base de la philosophie. L’enfant est naturellement philosophe. Les codes, normes et préjugés de la société dans laquelle il vit n’ont pas encore eu le temps d’anesthésier son cerveau et sa spontanéité galope encore plus rapidement que les habitudes de prisonniers contractées par les adultes autour de lui (je pense aux prisonniers de la fameuse caverne). C’est l’âge des pourquoi et des comment, qui sont, d’un point de vue philosophique, de l’or brut – matériau rare qu’il faudrait, c’est ma suggestion, non pas toiser ou écarter avec un sourire hautain, mais au contraire favoriser, encourager -feu naissant qu’il faudrait attiser, en commençant, par exemple, la philosophie dès l’école élémentaire. (Sous une forme adaptée, bien sûr).

Pour ceux qu’une telle idée feraient sourire, je me réfère à l’expérience d’un professeur de philo qui a eu la riche idée d’aller dans des classes de Cours Élémentaire et Moyen avec un sujet  Bac : La liberté consiste-t-elle à faire tout ce que l’on veut ? Surprenants résultats !

Force est de constater, en entendant les bribes d’enregistrement qu’il a ramenées de son expérience, 1. que les enfants, loin d’être ennuyés par ce débat qu’il avait ouvert, y prenaient au contraire un vif intérêt et 2. que leurs remarques étaient loin d’être inintéressantes, que derrière la candeur de leurs formulations se trouvaient de véritables idées, pour ne pas dire des embryons de raisonnement- ainsi cette petite  fille disant : «  si j’écoute de la musique trop fort dans ma chambre, j’empêche mon frère de pouvoir faire ses devoirs » ; puis passant spontanément de la première cellule sociale (la famille) à la cellule plus large de la société, commençant initialement au voisinage : « …et si j’écoute de la musique trop fort dans le jardin sur le poste de papa , j’empêche le voisin de faire sa sieste , il aime bien faire sa sieste dans le jardin ». Cette petite fille ne faisait–elle pas, avec ses mots à elle, une ébauche de Rousseau : « Quand chacun fait ce qu’il lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d’autres…» ? Vous compléterez la citation.

Quelle forme d’intelligence ?

Dostoïevski disait que l’on devrait demander leur avis aux enfants sur les questions importantes.

On a pourtant l’habitude inverse : on les tient éloignés de ces questions, préjugeant qu’ils n’auront pas la capacité d’y répondre, sans doute même pas la capacité de les comprendre. C’est les sous-estimer, les réduire à leur rôle prédéterminé : étymologiquement l’enfant, in-fari, est « celui qui ne parle pas ». Qu’est-ce que le grand auteur russe avait donc en tête, quand il faisait donner ce conseil à l’un de ses personnages ? Se mettait-il à l’école de l’homme de Nazareth, qui avait repris ses apôtres qui voulaient écarter de lui les enfants… plaçant ensuite un enfant au milieu d’eux comme modèle… Mais peut-être vais-je ici sur un autre territoire que celui à proprement parler de la philosophie… Ou peut-être pas…

Quoi qu’il en soit, quels seraient les arguments qui pourraient accréditer la thèse d’une intelligence enfantine qui ne se confondrait pas avec une intelligence infantile. J’en vois deux.

Le premier pourrait être une version de ce qu’on appelle parfois « avoir les qualités de ses défauts ». L’enfant a, de fait, bien moins de connaissances que l’adulte. C’est ce qui rend si touchantes ses remarques, et qui nous y rend imperméables ; mais c’est ce qui fait également, ou qui peut faire leur grande force. Car les raisonnements des enfants n’ont pas eu le temps d’être infléchis par le poids de l’expérience. Pour reprendre l’image du panier de pommes, qu’utilisait Descartes, les pommes pourries (les idées fausses) n’ont pas eu le temps de contaminer les autres. L’enfant ne voit probablement pas le monde tel qu’il est ; mais peut-être a-t-il encore, avant que les vagues tumultueuses de l’adolescence ne l’emmènent vers les rivages illusoires de l’âge adulte, la capacité de voir le monde tel qu’il devrait être. Quand un petit garçon demande de but en blanc à son père : « pourquoi tu vas à ton travail si tu n’aimes pas ton travail ? »… il n’imagine pas à quel point il tombe juste. Son père s’empressera de lui servir, avec une hauteur mal assurée, des « tu sais, il faut bien que… », il n’en demeure pas moins que, d’un point de vue téléologique, son fils a raison : de la punition d’Adam aux visions positives du travail de philosophes modernes, de la contrainte à un projet conscient et volontaire, tout est contenu dans l’étonnement du fils, à plusieurs titres bien plus raisonnable que la raison pragmatique, mais court-termiste, de son père. Il me semble parfois, quand j’écoute des enfants, qu’ils vont plus loin que les adultes. En somme, la fraîcheur intellectuelle de l’enfant est aussi sa grande force.

Le second argument qui pourrait appuyer la thèse d’une potentielle supériorité intellectuelle des enfants- enfin plutôt de leur mode particulier de raisonnement- serait que leur intellect ne s’est pas encore « décroché » de leurs émotions. On pourrait voir là justement un défaut, un manque de recul, mais il apparaît -les scientifiques nous le montrent désormais sur des scanners cérébraux- que l’intelligence humaine est émotionnelle. Qu’est-ce que cela signifie ? Les psychologues Selove et Mayer parlent d’une capacité à «  intégrer [ses émotions] pour faciliter la pensée, comprendre et raisonner avec les émotions ». Cette petite préposition « avec » doit être bien comprise. Raisonner « avec » ses émotions ne consiste pas à laisser celles-ci diriger ou influencer la raison, mais à savoir ne pas non plus les en exclure totalement. Or, au moment de l’adolescence, l’individu se met à dissimuler ses émotions, aux autres et peut-être à lui-même par la même occasion. L’enfant , n’étant donc pas encore à distance des émotions qu’il éprouve, vit et raisonne donc avec elles. On sait que cela peut mener à de mignonnes naïvetés ; mais on voit moins que cela peut aussi engendrer parfois l’énoncé de fulgurantes vérités -d’évidences telles que la seule logique et l’esprit analytique ne sauraient voir, de ces « raisons que la raison ignore ».

En fait, les adultes continuent à raisonner avec leurs émotions mais il semble qu’ils font tout pour se le cacher à eux-mêmes et aux autres. Écouter les enfants (pourtant on a plutôt  tendance à leur dire que c’est à eux d’écouter!), les questionner, les suivre dans le déroulé de leurs raisonnements, serait donc, selon moi,  d’une grande utilité pour eux, parce que cela favoriserait le développement de leur intelligence, mais également d’une grande utilité pour nous, parce qu’ils peuvent parfois nous permettre de voir des choses que nous ne voyons pas, que nous ne voyons plus, voire que nous ne sommes plus capables de voir.

Le prince…

Je termine en renvoyant à un livre qui a merveilleusement et très poétiquement exprimé tout cela : je parle bien entendu du Petit prince de Saint-Exupéry.

S’y manifeste à chaque page ce que l’on pourrait qualifier de sagesse de l’enfance.

Dans un style limpide, parce que se tenant justement loin des artifices rhétoriques qu’aiment employer ceux qui aiment s’écouter parler, l’auteur y restitue à son naturel ce raisonnement simple et sensible des enfants, capable, pour prendre quelques exemples, de sentir l’isolement du vaniteux, le cercle vicieux du buveur, la vacuité du businessman… ou le temps nécessaire aux amitiés uniques.

D’ailleurs, en lisant ce livre plus tard qu’au moment de son enfance, qui n’a pas senti qu’il pouvait à tout moment renouer avec cette vue parfois si perçante de l’enfance, de son enfance ?

C’est là le grand service que Saint-Exupéry a pu rendre à tous, qui va plus loin qu’une simple parenthèse (ré)enchantée ; le modèle s’inverse : l’enfant ne se termine plus dans l’adulte, mais l’adulte se ravive dans l’enfant, et comprend, pour donner enfin la parole à ce dernier, que « les grandes personnes sont décidément bien bizarres »…

_

_

mardi 24 octobre 2017

_

_

_



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
Siret : 511 100 943 00014 | Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44 | Id Datadock N° 0072452
Mentions légales | Crédits

Contact | Mob 06 75 92 82 19

contact@cours-olivier-chartrain.fr

Plan du site
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil LinkedIn de Olivier Chartrain