D'un certain "ressentiment" en orthographe
 


  14 mai 2019

Sujets de philosophie : et si on laissait un choix plus important au candidat ?
Lundi 17 juin, à 08h02, comme chaque année à l’épreuve de philosophie, à côté de l’explication de texte qui ressemble à une voie de secours, deux sujets de dissertation vont « tomber » : ce verbe se disqualifie de lui-même, faisant penser à un verdict, une sanction, pour ne pas dire un « couperet ». Le bachelier va jouer une partie de sa note globale, de son année, de son orientation, sur l’arbitraire de ces deux phrases suspendues dans le vide. Pour le dire autrement, on va jouer sa connaissance aux dés…(Lire la suite)

23 avril 2019

En ligne : le Dictionnaire de l’Académie française
Cela méritait bien un billet dédié : depuis quelques semaines, le Dictionnaire de l’Académie est en ligne et consultable gratuitement. C’est un évé(/è)nement !(Lire la suite)

9 avril 2019

Philo : le test du mandarin chinois
Avant de citer et de commenter les sources de ce petit test de « morale » assez connu en philosophie, j’en résume d’abord (schématiquement) l’argument essentiel.
On met devant vous une boîte avec un bouton. Si vous appuyez sur le bouton, vous tuez instantanément à l’autre bout du monde un vieil homme que vous ne connaissez pas ; vous avez l’assurance de ne jamais en être accusé ; et vous touchez 10 millions d’euros. Appuyez-vous sur le bouton ?(Lire la suite)

26 mars 2019

Connaissez-vous les haïkus?
« Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière », écrivait Flaubert. On aurait là l’épigraphe idéale, en page de garde, d’un recueil de haïkus -ces éclats de conscience. Nul besoin donc de vous refaire la fiche Wikipedia de ces poèmes minimalistes, parfois lyriques, parfois purement descriptifs, tantôt drôles, tantôt philosophiques, toujours subtils, je vous en donne seulement dix à lire -ils se suffiront à eux-mêmes, car :
Pour s’ouvrir dans un esprit,
La fleur d’un haïku n’a besoin…(Lire la suite)

12 mars 2019

D’un certain « ressentiment » en orthographe
Une note un peu plus psychologique ici (une fois n’est pas coutume), qu’il ne me semble pas inutile de produire alors que les indicateurs de baisse du niveau orthographique des Français sont en train de virer à la culpabilisation générale…(Lire la suite)

26 février 2019

Opinions et vérité à l’heure des réseaux
Dans l’un de ses derniers titres, un rappeur connu dit : « Le monde est un PMU, où n’importe qui donne son mauvais point de vue ». J’amenderais cette intéressante « punchline » de la sorte : où chacun peut donner son point de vue, mauvais s’il est trop hâtif, utile s’il est réfléchi. Ça claque moins bien, mais c’est plus constructif. Car ce n’est pas le fait de…(Lire la suite)

12 février 2019

Votre âge en minutes de lecture par jour
Intimement convaincu de l’axiome : « trop donne rien, un peu donne beaucoup », je propose cette modeste méthode de lecture, en réponse à une question qu’on me pose fréquemment : comment se mettre (ou se remettre) à lire ?…(Lire la suite)

22 janvier 2019

La ponctuation est-elle en option ?
Quelle différence faites-vous entre ces deux phrases ?
Le président n’est pas mort comme on l’avait cru.
Le président n’est pas mort, comme on l’avait cru.
La différence est ténue : elle ne tient qu’à une virgule. Pourtant, le sens est radicalement autre. Dans la première phrase…(Lire la suite)

8 janvier 2019

Minéralogie du raisonnement
J’ai pris l’habitude de présenter l’exercice de la dissertation comme l’observation (minutieuse) des différentes facettes d’un problème. Cela permet de visualiser cette opération intellectuelle si précieuse dans un monde d’opinions hâtives, radicales, et trop peu nourries de connaissances réelles.(Lire la suite)

24 décembre 2018

Un Cantique de Noël
Mon jour de publication tombant cette année la veille de Noël, j’en profite pour donner ici l’incipit (allongé) du plus célèbre des contes de circonstance. Vous le reconnaîtrez sûrement !
Premier couplet – Le spectre de Marley
Marley était mort, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre mortuaire était signé par le ministre, le clerc, l’entrepreneur des pompes funèbres et celui qui avait mené le deuil. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse, quel que fût le papier sur lequel il lui plût d’apposer sa signature.(Lire la suite)

 

Tous les articles

D’un certain « ressentiment » en orthographe

Une note un peu plus psychologique ici (une fois n’est pas coutume), qu’il ne me semble pas inutile de produire alors que les indicateurs de baisse du niveau orthographique des Français sont en train de virer à la culpabilisation générale…

Le constat que je ne puis m’empêcher de faire dans ma pratique de formateur, est que la plupart des gens qui font beaucoup de fautes d’orthographe le prennent mal. Si cela ne les empêche peut-être pas de dormir, ils le vivent néanmoins (selon leurs dires) comme une sorte de « handicap » -mot que j’ai entendu très souvent. C’est le résultat de plusieurs facteurs, qui peuvent se combiner, et que j’énumère ci-après :

1. des appréciations scolaires, plus ou moins lointaines dans le temps, qui ont laissé des traces, du genre : Niveau très insuffisant en orthographe !! Tu dois te reprendre car ton passage en… On connaît la suite de la chanson.

2. parfois des diagnostics « médicaux » potentiellement stigmatisants : un élève m’a dit un jour que son orthophoniste avait écrit qu’il souffrait de « troubles orthographiques sévères » … Bigre ! On ne trouverait pas meilleure expression si l’on voulait effrayer quelqu’un. Ici le lexique médical, se voulant précis et objectivant (>positiviste), ne fait, selon moi, qu’enfoncer le clou. En mettant une étiquette pour résoudre un problème, il l’entérine.

3. des remarques ironiques de l’entourage, sur le mode : Quoi ?! Tu ne sais pas accorder un participe, alors que ta fille en Cinquième sait déjà le faire ?!!

4. des chantages sociétaux : Tu ne seras pas recruté, tu n’as pas vu le dernier sondage qui dit qu’un DRH sur deux ne retient pas un CV comportant des fautes d’orthographe ?…
(Faudrait-il maîtriser l’orthographe pour complaire aux entreprises maintenant ?)

N’en jetez plus.

Par-dessus les erreurs orthographiques elles-mêmes, viennent donc se surajouter ces couches de sédimentation, qui deviennent partie intégrante dudit « problème ». Professeurs, formateurs, éditeurs de ressources pédagogiques, que pouvons-nous faire pour enrayer ce cercle vicieux, lutter contre cette très compréhensible aversion qui s’est développée chez celui ou celle que nous nous proposons d’aider ?

Il faut commencer par -c’est la moindre des choses- cesser d’entretenir ce ressentiment, en évitant :

1. de faire la morale à celui ou celle qui fait des fautes. Monter dans ses tours parce que quelqu’un vous a envoyé un mail où il y avait deux verbes mal conjugués, parler de « négligence », de « manque de respect », c’est un peu… tatillon -surtout quand on fait soi-même des fautes, HUM !

2. de s’en prendre à l’objet même de l’orthographe, en la déclarant trop compliquée, trop élitiste, en réclamant impérieusement sa refonte complète, que sais-je encore ?… Non seulement ce genre d’attitude nuit à l’image déjà dégradée de la langue que se faisait l’apprenant, mais ce sont, en outre, des coups d’épée dans l’eau, de son point de vue, car ces hypothétiques réformes n’entreraient en vigueur que sur du temps long : pendant ce temps, on n’aura pas avancé d’un pas

3. laisser accroire que quelques astuces et ficelles (+ un correcteur automatique !) suffiraient : elles sont au final plus infantilisantes qu’autre chose.

Ce qui me paraît efficace, c’est justement d’essayer de « dépsychologiser » la question de la maîtrise de l’orthographe. Rendre la règle accessible, ludique ; retrouver des appuis solides, dans la langue elle-même et non dans de vaseuses considérations de caractère, de psychologie ou de sociologie de comptoir. Cheminer, avec les moyens du bord, vers la (re)découverte de la beauté de la langue et des nuances diaprées de son orthographe. Expliquer à quelqu’un d’où vient l’accent circonflexe se trouvant sur le « e » de « forêt », retrouver avec lui la racine de « forestier », faire remarquer que l’anglais a gardé le « s »… me semble plus à même de le réconcilier avec son orthographe que de lui inventer un nouveau nom de maladie.

Passer de la culpabilisation du sujet à la découverte d’un nouvel objet, ou d’un objet retrouvé, enfoui qu’il était sous toutes ces couches successives de reproches extérieurs.

_

_

mardi 12 mars 2019

_

_

_



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Plan du site | Sitemap
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain