Faire confiance à l'intelligence de l'élève
 
  8 mai 2018

La métaphore du panier de pommes, de Descartes
Voici la méthode que propose Descartes pour bien raisonner…(Lire la suite)

24 avril 2018

Quelle est la singularité de ce texte ?
Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la …(Lire la suite)

10 avril 2018

L’orthographe ? Je verrai ça après !
À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse…(Lire la suite)

27 mars 2018

Intelligence et habileté intellectuelle
Intelligence et habileté intellectuelle sont bien deux choses distinctes. L’intelligence est large et voudrait tout embrasser ; l’habileté intellectuelle est aiguisée et voudrait tout manipuler. On confond souvent les deux…(Lire la suite)

13 mars 2018

La disparition du sujet d’invention au bac de français : une décision malencontreuse
Selon Le Monde, le gouvernement prévoit, dans sa réforme du bac, de supprimer l’un des 3 sujets de l’écrit de français, à savoir le sujet d’invention, pour cause de « bilan mitigé » : bon diagnostic, mauvais remède…(Lire la suite)

27 février 2018

Bescherelle: un exercisier numérique
C’est avec beaucoup de plaisir (et d’honneur) que j’ai participé à la rédaction des exercices et des fiches de cours de la nouvelle application Bescherelle.
Elle est disponible pour le moment sur l’AppStore mais évoluera bientôt vers de nouveaux supports.
Elle propose une large gamme d’entraînements à l’orthographe et à la rédaction…(Lire la suite)


Quelques rébus orthographiques
Voici quelques rébus dont la réponse prend en compte l’alphabet et la typographie.
Exemple :
C POMPES MARCHER
(Solution: Marcher à côté de ses pompes)…(Lire la suite)

23 janvier 2018

Un poème en escalier
Que remarquez-vous dans le texte suivant ? Et qu’en dites-vous ?…(Lire la suite)

9 janvier 2018

Niveaux de connaissance
Il y a l’opaque ignorance. Ensuite, il y a l’intuition, ce doute étrange. Puis, la recherche et l’interrogation. Ensuite, des morceaux de compréhension, des fragments de connaissance. Puis l’appréhension plus complète, mais encore superficielle, uniquement intellectuelle : on comprend une chose mais, pour ainsi dire, de l’extérieur. On en voit les contours, on en saisit les leviers, les mécanismes, on en écrirait bientôt une dissertation, puis un traité. Mais cette forme de connaissance n’est pas encore, selon moi, la forme ultime de la connaissance…(Lire la suite)

26 décembre 2017

L’accord des noms composés : un exemple de difficulté orthographique « intéressante ».
Ce que j’appelle une « difficulté intéressante » est une difficulté dont la résolution fait appel à l’esprit d’analyse et à la logique – à la différence d’une difficulté dont la réponse présenterait quelque chose d’arbitraire ou de hasardeux, et qu’on pourrait alors qualifier d’anomalie. La règle de départ est simple et…(Lire la suite)

 

Tous les articles
 




 blog

Faire confiance à l’intelligence de l’élève



On publie des « perles » des copies de bac, de manière ironique, histoire d’épingler les torts des élèves (manque de travail, de réflexion, de bons sens, etc) ; c’est toujours aussi amusant, mais il y a là-dedans des restes de cette condescendance professorale qui présuppose – sans jamais le formuler directement- que l’élève est inférieur au maître.

Il ne l’est pourtant pas. Philosophiquement, personne ne peut se prévaloir (sauf des critères évalués par lui-même) d’une quelconque supériorité sur autrui, fût-il plus jeune, ou moins savant sur tel ou tel point. La seule chose qui existe, c’est un dispositif d’enseignement dont l’efficacité – pour l’élève – implique qu’il accepte de suivre les conseils du maître. Et le maître ferait bien de se prémunir lui-même de présupposer que son élève est idiot, parce que c’est blessant et surtout parce que c’est faux. Au pire, il peut poser, si son élève dit ou écrit une énormité, qu’il n’a pas travaillé, problème dans lequel il a peut-être aussi sa part de responsabilité : peut-être aurait-il travaillé s’il avait su lui en donner le désir ?
Pour peu que l’enseignant fasse confiance à l’intelligence de son élève, il en fera jaillir des merveilles. Si l’élève ne perçoit pas cette confiance, à cause de la fermeture de son prof, il se transformera en âne ou en perroquet. Une élève m’a dit un jour que la « rivière » du premier vers du Dormeur du val était peut-être une image du sang du soldat ; un autre m’a démontré qu’il y avait une forme de paresse dans le stoïcisme.. Ça, ce sont des perles !

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Plan du site | Sitemap | Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mon 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Création du site : © Click Busters