Le « coaching en orthographe » : j’ai cru que c’était une blague.

Mais non. Des gens se font appeler comme ça.
« Bonjour, je suis votre coach en orthographe. Comment allez-vous aujourd’hui? »
Après le coach sportif (l’anglicisme dérive de là, non?), le coach de carrière, le coach en bonheur (si, si, je vous jure), le coach en décoration d’intérieur et le coach en séduction, voici le coach en orthographe.

C’est juste l’expression qui me tracasse; car sur le contenu je pense que ces formateurs font à peu de chose près le même travail que moi, les mêmes cours d’orthographe française , ce que je ne saurais manquer de saluer, mais pourquoi user ici de ce mot, ridiculissime, de « coach »?

C’est pour faire plus moderne? Plus branché? Plus « pro »? Plus bilan de compétence? Plus quoi?

Est-ce que nous sommes en train de parler de la langue française, de la langue de Racine et de Baudelaire, d’un terreau riche et vivant de plus de mille ans?
Ou d’un match de foot?

L’orthographe n’est pas un sport de compétition

Ce n’est même pas tant l’emprunt à l’anglais qui me gêne que l’idée de performance qui est sous-jacente au choix de ce terme. Plus qu’une confusion lexicale, c’est un certain état d’esprit qui suinte de la vogue du « coaching ». On se trouve ici à la croisée de la mythologie sportive et des codes du cabinet de recrutement, dans une zone douteuse où la performance se décline à toutes les sauces, dans un grand mélange des genres.

S’il faut bien parler et écrire sa propre langue, ce n’est ni par correction, ni par goût intellectuel, ni même par souci de clarté, mais pour être plus « performant », si possible le plus rapidement possible. L’orthographe en dix trucs imparables, la conjugaison en claquant des doigts, la syntaxe en cinq astuces, la grammaire pour les nuls, le dico digest…
Dans la course à l’échalote, le plus vite arrivé est le plus bête, et vice versa.

A quand donc le coaching en littérature, le championnat du monde de lecture en diagonale, le superbowl de philo?

S’il vous plaît, collègues, pouvez-vous arrêter de faire les andouilles pour les vendeurs de sodas?

11 février 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *