Minéralogie du raisonnement

J’ai pris l’habitude de présenter l’exercice de la dissertation comme l’observation (minutieuse) des différentes facettes d’un problème. Cela permet de visualiser cette opération intellectuelle si précieuse dans un monde d’opinions hâtives, radicales, et trop peu nourries de connaissances réelles.

Prenez une question (un problème)… Doit-on manger les animaux ? Les religions peuvent-elles coexister ? Pourrait-on se passer de l’État ? Tous les désirs doivent-ils être réalisés ? etc. Et avant d’y répondre, examinez-la patiemment, faites-la tourner entre vos mains comme le minéralogiste le ferait avec une pierre qu’il étudie, posez-la sur votre établi et arrêtez-vous sur chacune des facettes avec votre loupe. Quand vous examinez une de ces facettes, ne la comparez pas d’abord aux autres, regardez-la et envisagez-la pour elle-même ; ce n’est qu’après avoir opéré de même avec toutes les facettes que vous pourrez commencer à les comparer pour vous faire une idée générale ET précise de la pierre. Le salut est dans la nuance– du moins la vérité, qui est fine et complexe. Toutes les pierres- toutes les questions- ne sont pas aussi complexes, mais la démarche vaut pour toutes.

Au sujet du nombre de facettes qu’une question pourrait avoir, il serait aisé de tomber dans l’excès opposé du simplisme (qui refuse de considérer la complexité), consistant à penser que la réalité est tellement complexe, que la plus simple des questions comporte tellement de facettes, qu’il est par conséquent impossible d’espérer pouvoir y apporter l’ombre d’une réponse valable ; non, s’il est utopique de vouloir tout comprendre, il est raisonnable d’essayer d’en comprendre autant qu’on peut. On ne peut pas dire : j’ai tout compris de cette question ; on ne peut pas non plus dire : comme je ne peux pas tout comprendre de cette question, je ne cherche même pas à comprendre quoi que ce soit ; ce qu’on peut dire, en toute bonne foi et sans fausse humilité : j’ai beaucoup examiné cette question, j’ai retourné la pierre un grand nombre de fois entre mes mains pour en examiner attentivement chaque facette – toutes celles, du moins, que je pouvais voir- et voici, au point ou j’en suis de mon examen, c’est-à-dire de l’édification de mon opinion sur la base de mon observation, voici donc ce que je pense de cette question.

Exigence, patience, humilité, trois conditions à la recherche de la vérité. Tout le reste est buzz.

_

_

mardi 8 janvier 2019

_

_

_

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *