« Il y a combien de pages ? »

C’est la question la plus récurrente que les élèves de Collège ou de Lycée posent (ou se posent) quand on leur annonce qu’ils vont devoir lire tel ou tel livre en classe ; c’est également la réserve qu’opposent les adultes restés hostiles ou indifférents à la lecture ; il est assez aisé de démonétiser cet obstacle du « nombre de pages ».

On peut d’abord prendre le problème dans l’autre sens et avancer qu’il y a des textes de 2 pages qui sont interminables et des romans de 40 pages dont on a l’impression qu’on ne viendra jamais à bout ; puis on peut ajouter qu’on a trouvé certains romans de 500 ou de 1000 pages trop courts, qu’on les aimait tellement qu’on regrettait d’arriver aux dernières pages, qu’on attendait avec impatience la suite, 1 000 autres pages aussi passionnantes que celles-là ; la conclusion vient d’elle-même : le nombre de pages ne signifie rien, et on a tort de le corréler à l’ennui.

Pour casser cette corrélation, il faut accorder au lecteur appréhensif le droit de s’ennuyer, comme Daniel Pennac l’a si bien formulé dans deux de ses dix droits imprescriptibles du lecteur :
2- Le droit de sauter des pages.
3- Le droit de ne pas finir un livre.

Un collégien ou un lycéen vous rétorquera tout de suite : le prof ne nous donne pas vraiment ces droits. C’est effectivement la limite du système, mais il faut alors expliquer qu’elle ne se généralise pas à l’ensemble des lectures et ne concerne que deux ou trois livres par an pendant quelques années, ce qui n’est pas non plus « la mer à boire ». Il est vrai que l’obligation de lecture peut, dans le cadre scolaire, provoquer ce blocage sur le nombre de pages, puisque, dans l’hypothèse où le livre ne plaira pas, on sera tout de même obligé de le finir, et le supplice durera d’autant plus qu’il y aura de pages. Pour le public scolaire, j’ai l’habitude d’utiliser cette comparaison pour résoudre l’équation : Tu as déjà vu un film super ennuyeux ? Réponse : oui, évidemment. Donc, depuis, tu n’as plus jamais voulu voir un seul autre film ? Réponse : non, évidemment. Fin de la démonstration.

 

_

_

mardi 22 octobre 2019

_

_

_

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *