Au cercle des poètes disparus
 


  11 février 2020

Commentaire composé au bac de français : comment organiser son temps sur 4 heures ?
Petit document de travail à l’usage des Lycéens : ma méthode pour enchaîner les différentes phases du commentaire de texte. Environ 2h15 de brouillon (incluant bien sûr plusieurs lectures) et 1h45 de propre. Le détail ci-après…(Lire la suite)

28 janvier 2020

Un cimetière de mots : « Les disparus du Littré »
Fuserolle, haricoter, interjectivement, margarite, officiat, enclassement, réparition, solarien, xyloculture, affiloires…
Ces mots ne paraissent-ils pas curieux à la lecture ? Ne sonnent-ils pas étrangement à l’oreille ? Ne semblent-ils pas familiers et, paradoxalement, lointains, presque exotiques ?…(Lire la suite)

14 janvier 2020

Philosophie – Qu’est-ce qu’une réfutation ?
La réfutation est un procédé rhétorique, assez solide et assez courageux, consistant, afin d’exposer son point de vue, à énumérer les critiques de son adversaire, pour les démonter une par une…(Lire la suite)

24 décembre 2019

À propos de « Noël » (billet étymologique)
Le mot vient du latin natalis dies et par substantivation natalis : «jour de naissance», utilisé pour désigner la Nativité du Christ (CNRTL). Par un phénomène phonétique appelé dissimilation, le mot a évolué…(Lire la suite)

10 décembre 2019

La nouvelle la plus courte du monde ?
Je me permets de reproduire ici l’excellent texte de Claude Bourgeyx, intitulé « Lucien », qui fait la preuve qu’un coquillage peut contenir un univers : la nouvelle ne fait qu’une page.(Lire la suite)

26 novembre 2019

Philosophie : 1001 sujets…
… à picorer dans les archives des académies, à la fin du siècle dernier. C’est cadeau.(Lire la suite)

12 novembre 2019

Comment élaborer un bon bilan orthographique ?
Voici, selon moi, quelques critères qui peuvent permettre d’évaluer de manière juste, fine et complète le niveau en orthographe de quelqu’un.(Lire la suite)

22 octobre 2019

« Il y a combien de pages ? »
C’est la question la plus récurrente que les élèves de Collège ou de Lycée posent (ou se posent) quand on leur annonce qu’ils vont devoir lire tel ou tel livre en classe ; c’est également la réserve qu’opposent les adultes restés hostiles ou indifférents à la lecture…(Lire la suite)

8 octobre 2019

La culture fait-elle l’intelligence ? ?
« Je sais aussi, dit Candide, qu’il faut cultiver notre jardin. » C’est une base, et il ne s’agit ici pour moi ni de la répéter, ni de la contester -mais plutôt de la mettre en perspective. Qu’est-ce qu’un être cultivé ? Qu’a-t-il de plus (ou de moins) qu’un être dont on dirait qu’il ne l’est pas ? Est-ce un être intelligent, ou en tous cas plus intelligent que celui qui a moins de culture ? Au risque de surprendre (venant de quelqu’un qui passe son temps à la transmettre), je répondrais à cette dernière question par la négative…(Lire la suite)

24 septembre 2019

Raisonnement par induction et raisonnement par déduction
Petite note explicative. Ayant moi-même longtemps eu une vision plutôt vague de ces deux mouvements de l’esprit, j’en précise ici les contours.
D’abord un petit schéma mnémotechnique…(Lire la suite)

 

Tous les articles

Au cercle des poètes disparus

L’excellent interprète du Professeur Keating a étrangement décidé de lever l’ancre cet été; je me dois de déposer une fleur en hommage…

C’est au cœur même de mon adolescence que ce film a  favorisé mon goût déjà naissant pour l’écriture et mon goût à naître pour la lecture.
Ce film m’a dit, avant même que je ne commence à la fréquenter: la littérature a trait à la vie.
Non pas à l’école, ni aux notes, encore moins aux diplômes ou au fantôme d’une culture, mais à la vie elle-même. A l’aventure, au désir, à l’amour, à la quête de quelque chose qui est bien supérieur à ce que toutes les normes sociales, fussent-elles celles des élites, pourront jamais proposer.
Dans le film, le spectateur est intelligemment mis du côté du rêve et de l’anticonformisme que la littérature et la poésie peuvent éveiller jusque dans les cerveaux les plus formatés. Cette leçon ne m’a jamais quitté et elle est pour moi ce que Baudelaire appelle un « Phare ».
La littérature peut être un moyen excellent -si elle est transmise par des cœurs enthousiastes- de briser les ordres sociaux verrouillés et sans grandeur: dans cette entreprise, même les échecs sont de belles victoires.
O capitaine, mon capitaine…

L’étincelle

Ce que les cours de Keating disent de la pédagogie est tout aussi intéressant. Ah! le moment où il fait déchirer à ses élèves les pages de cette préface qui entend mettre la poésie en diagrammes…
Avec les meilleures intentions du monde, le meilleur programme, la meilleure bibliographie, le cours le plus exhaustif, le pédagogue qui ne sait pas allumer d’étincelle chez ses élèves aura beau faire dix fois le tour de la question sur son estrade, il ne formera, au mieux, que de bons perroquets. Je ne sais pas si ceux qui forment les maîtres entrouvrent, au milieu de leurs théories de l’éducation, cette petite porte-là.
Suscitez l’intérêt chez vos élèves, ils réaliseront aisément le travail que vous voulez leur faire faire, et ils le feront même dix fois car, une fois l’étincelle allumée, leur esprit sera, pour citer ici l’inventeur de Thélèmes, « comme le feu entre les branches ».
Ennuyez-les, sermonnez-les, vous n’obtiendrez que de laborieux et vains coups de rames: ce n’est pas tant que ce sera pénible – ce sera surtout inefficace. En fin de compte, menacez-les et punissez-les de ne pas s’intéresser à ce dont vous parlez – tout cela ne sera qu’un aveu déguisé d’échec pédagogique.
On ne peut donner que ce qu’on a : pour transmettre une matière, il faut tout simplement l’aimer soi-même… Sans ça… rien. Avec ça, elle rayonnera à partir de vous. Vos élèves percevront cette lumière, comme je percevais le petit sourire de plaisir qu’avait mon prof de français quand il parlait de Montaigne : il ne «fallait» pas qu’il nous en parle, il avait «envie» de nous en parler. Cette infime différence constitue, selon moi, la clé qui ouvre les esprits à la connaissance.
Dans l’éducation également, il s’agit d’être inspiré: qui disait d’elle qu’il s’agissait davantage… d’un art?

9 septembre 2014

 



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
Siret : 511 100 943 00014 | Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44 | Id Datadock N° 0072452
Mentions légales | Crédits

Contact | Mob 06 75 92 82 19

contact@cours-olivier-chartrain.fr

Plan du site
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil LinkedIn de Olivier Chartrain