Une approche picturale des registres littéraires.
 


  9 octobre 2018

Orthographe : avez-vous un œil de lynx ?
Un petit test simple pour le savoir. Contrairement aux exercices usuels, ce texte ne contient pas plusieurs fautes à trouver mais une seule ! Saurez-vous la débusquer dès la première (éventuellement la deuxième) lecture ?(Lire la suite)

25 septembre 2018

Comment transmettre la littérature ?
La difficulté de cette question tient sans doute à la nature même de ce qu’on aimerait faire passer, faire découvrir, faire aimer ; si j’emploie le terme de transmettre dans la formulation de la question, c’est que je pose comme premier préalable que la littérature ne peut pas « s’enseigner » -du moins pas comme on enseigne la chimie, la géographie ou la programmation informatique. La littérature étant un art,…(Lire la suite)

11 septembre 2018

Baladodiffusion : apprenez en vous promenant !
On ne mesure peut-être pas encore les effets positifs sur le savoir que pourra avoir, à terme, le succès croissant du podcast ; la francisation « baladodiffusion » n’a guère pris dans l’usage, sans doute à cause de sa longueur, mais elle ne manquait pas d’un …(Lire la suite)

26 juin 2018

Maîtriser l’orthographe française : entraînez-vous également sur papier !
Dans la foulée de notre travail sur l’application Bescherelle, et en parallèle de la nouvelle Certification, Hatier publie cet été un livre de cours et d’exercices d’orthographe organisé en doubles pages : à gauche la règle ; à droite des exercices, conçus de manière à…(Lire la suite)

12 juin 2018

Un mystérieux « desiderata »
Les textes célèbres ne sont pas tous signés, c’est le cas par exemple de ce manuscrit retrouvé dans l’église Saint-Paul de Baltimore, en 1693, qui a, depuis, connu une fortune mondiale…(Lire la suite)

22 mai 2018

Suggestions de mon clavier
Hier, j’étais en train d’écrire sur ma tablette « a u j o u… » et voilà qu’une étiquette s’affiche et me propose de valider « aujourd’hui ». Bien joué, Steve Jobs ! C’est effectivement ce que je voulais écrire. J’ai donc, par flemme (ce point est important), validé l’étiquette qui a fini le mot à ma place. Quelques secondes plus tard…(Lire la suite)

8 mai 2018

La métaphore du panier de pommes, de Descartes
Voici la méthode que propose Descartes pour bien raisonner…(Lire la suite)

24 avril 2018

Quelle est la singularité de ce texte ?
Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la …(Lire la suite)

10 avril 2018

L’orthographe ? Je verrai ça après !
À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse…(Lire la suite)

27 mars 2018

Intelligence et habileté intellectuelle
Intelligence et habileté intellectuelle sont bien deux choses distinctes. L’intelligence est large et voudrait tout embrasser ; l’habileté intellectuelle est aiguisée et voudrait tout manipuler. On confond souvent les deux…(Lire la suite)

 

Tous les articles

Une approche picturale des registres littéraires.

Pour parler des textes, pour les analyser, les interpréter, il faut des mots : ce sont les mots de l’analyse textuelle, drôles de bestioles aux noms incongrus et pittoresques, polyptotes et diérèses, narrateurs omniscients et réfutations, didascalies et autres zeugmas. Je ne dirai pas de ces mots qu’ils sont « barbares » car, comme Michel Foucault le dit, n’est barbare qu’un mot qui ne veut rien dire et à ce titre, de nombreux mots familiers pourraient être qualifiés de barbares ; or, ces mots au contraire sont très précis : distinguer, au sein du comique, l’humour du burlesque est plus précis que de dire : c’est marrant.

Parmi ces termes, qui ne sont pas une fin en soi mais uniquement des outils (un peu comme on aurait besoin d’abord de connaître les noms des différentes pièces d’un moteur pour pouvoir ensuite en apprendre le fonctionnement), se trouvent les fameux registres littéraires, à ne pas confondre avec les registres de langue, et dont la liste fait débat depuis bien longtemps.

C’est la définition même du registre qui est problématique. Initialement le registre est censé désigner l’émotion éprouvée par le lecteur (du moins l’effet escompté par l’auteur sur lui), ce qui fonctionne très bien avec des registres simples, comme le pathétique ou le comique, mais moins bien avec des registres ne se liant pas forcément à une émotion, comme le didactique ou l’oratoire.

Ce qui complique encore la question est la possibilité qu’il y ait plusieurs registres, certains étant liés de fait (il y a forcément du pathétique dans le tragique mais pas l’inverse) d’autres étant associés par l’esthétique de l’auteur avec, parfois de surprenants mélanges.

On pourrait d’ailleurs se demander pourquoi garder un outil apparemment si mal taillé ; eh bien justement parce qu’il permet de décrire les nuances des textes littéraires…

J’ai trouvé avec mes élèves une image (c’est le cas de le dire) qui fonctionne assez bien : je compare les registres à des nuances de couleur. Le texte devient un tableau globalement vert clair, avec ici une nuance de jaune, là une zone plus sombre ; ainsi on peut décrire les registres d’un extrait ou d’une œuvre en dégageant la teinte, l’émotion dominante… Avec ici ou là telle couleur, telle irisation de la lumière qui contribue au dessin d’ensemble. On navigue alors dans l’océan si riche et si subtil des émotions humaines, guidés par la plume de ses meilleurs interprètes…

_

_

mardi 27 juin 2017


_

_

_



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Plan du site | Sitemap
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain