Petits chevaux ?

Il y a une école à Nantes qui figure les résultats de ses élèves par des points placés sur des rectangles, ainsi :
Maxime qui a 10,5 de moyenne, se trouve ici :   [               x              ],
Nathan, ici :                                                                [                           x  ],
mais le petit Jason, ici :                                           [    x                         ] etc.
Par cette ingénieuse trouvaille graphique, les parents peuvent ainsi « visualiser » sur le carnet de notes de leur enfant sa « position dans la classe ».
Mais y a-t-il une photo finish au cas où l’écart entre le 1er et le second est inférieur à 0,25 point? A-t-on prévu des starting-blocks? Combien de concurrents sont éliminés à la fin de la course ? En quelle division sont-ils rétrogradés? A-t-on prévu des médailles pour ceux qui sont à droite du rectangle et des tomates pour ceux qui traînent à gauche? Quelles sont les pénalités prévues en cas de dopage?
Je suppose que le directeur de cette école doit se fendre chaque année d’un émouvant discours sur les taux de réussite au bac de son écur… de son établissement : « vous imaginez… plus de 95% !  » (En même temps, vous devinez qu’il y a des trappes prévues aux niveaux inférieurs afin de faire disparaître les mauvais élèves et de ne garder que les bons en Terminale, mais peu importe, n’est-ce pas? Tant que le « prestige » est sauf…)
Peut-être y a-t-il des parents pour trouver formidable cette mise en compétition des enfants, puis des adolescents, et opiner du chef d’un air convaincu quand ce même directeur déclare, dans ce même discours, que « dans la vie , il y a ceux qui dirigent, et ceux qui sont dirigés…Vous… (en désignant des élèves de quatrième assis en rang d’oignons devant lui…) Vous, vous serez ceux qui dirigent ! » -cette phrase est véridique, et a été prononcée dans un établissement catholique de surcroît : Jésus adorerait. Pour autant, si elle n’a pas été prononcée dans certains établissements publics, où l’on met en avant l’égalité, elle y a été fortement pensée !
« Aussi devrons-nous parfois vous mettre quelques coups de cravaches », aurait pu ajouter ce directeur.
De l’éducation considérée comme une forme de dressage.
Continuons dans ce sens, et nous risquons d’arriver… dans cette salle d’études d’un lycée chinois où des élèves reçoivent par perfusion (si, si) des acides aminés pour leur permettre de tenir le choc de révisions dantesques.
Le jour où cela arrivera, peut-être nous demanderons-nous : comment en est-on arrivés là? Quand est-ce que cela a commencé? Quand avons-nous pris cette route?

Il ne faut pas confondre excellence et élitisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *