À propos des classiques (2)

Suite à cet ancien article, je tombe sur un texte -un peu long et parfois un peu élitiste- d’Arthur Schopenhauer sur la lecture et les livres, à l’intérieur duquel j’extrais cette phrase :

« Il n’y a pas de plus grand rafraîchissement pour l’esprit que la lecture des classiques anciens ; dès qu’on ouvre au hasard l’un d’entre eux, ne fût-ce que pour une demi-heure, on se sent aussitôt délassé, soulagé, épuré, élevé et fortifié ; il semble que l’on vient de se désaltérer à la source pure d’un rocher. »

Je ne vois pas quoi rajouter à cette limpide pensée, qui se suffit largement à elle-même -cela me donne par ailleurs l’occasion de faire un billet plus court.

Le texte intégral se trouve ici.

mardi 26 octobre 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *