Français, Lettres, Philo : le blog d’un professeur indépendant

Articles récents

L’analyse des textes littéraires au Lycée

Il y a un problème : certains lycéens pensent qu’un écrivain est un type qui se lève le matin (enfin qui se levait car tous les écrivains sont morts c’est bien connu) et qui se dit : tiens, aujourd’hui je vais insérer des synecdoques et des oxymores dans un récit à visée argumentative.

Qu’est-ce qu’une dissertation ?

A cette question, on a souvent tendance à substituer cette autre question : « Comment fait-on une dissertation ? » Mais que vaut une méthode si l’on ne comprend même pas le but du jeu, l’intérêt intellectuel de l’exercice ?

Le correcteur d’orthographe est une passoire

Pas besoin de connaître ma propre langue, le correcteur va s’en charger à ma place. Pas besoin de réfléchir, la « machine » (Word, Google ou ma boîte mail) va s’en charger pour moi : le robot va passer derrière moi et tout nettoyer.
Cette manière de voir les choses n’est pas que triste.

Balzac et Twilight

– Tu lis?
– Non. Enfin… non…
Et mon élève baisse les yeux. Je repose ma question :
– Pas du tout?
– Je lis Twilight.

Pour cet élève, comme pour beaucoup d’autres, ce qu’il lit n’est pas vraiment de la lecture et le plaisir qu’il prend n’est qu’un plaisir clandestin. Pourquoi pense-t-il cela ? Parce que son prof de français l’a toisé, en ironisant sur Tolkien, Harry Potter et autres ouvrages « nuls » et « commerciaux », qu’il a bien sûr opposés aux « grands chefs d’œuvre de la littérature », dont cet élève a eu l’impression, en essayant d’avancer dans leurs pages, contraint et forcé par le contrôle de lecture de la semaine suivante, qu’ils étaient écrits dans une autre langue !

Petits chevaux ?

Mais y a-t-il une photo finish au cas où l’écart entre le 1er et le second est inférieur à 0,25 point? A-t-on prévu des starting-blocks? Combien de concurrents sont éliminés à la fin de la course? En quelle division sont-ils rétrogradés? A-t-on prévu des médailles pour ceux qui sont à droite du rectangle et des tomates pour ceux qui traînent à gauche? Quelles sont les pénalités prévues en cas de dopage?
Je suppose que le directeur de cette école doit se fendre chaque année d’un émouvant discours sur les taux de réussite au bac de son établissement : « vous imaginez… plus de 95% !!! » (En même temps, vous devinez qu’il y a des trappes prévues aux niveaux inférieurs afin de faire disparaître les mauvais élèves et de ne garder que les bons en Terminale, mais peu importe, n’est-ce pas?)

A propos du « correcteur d’orthographe »

Si vous pensez que le correcteur peut faire le travail à votre place, je vous suggère de faire ce petit test instructif. Copiez et collez le texte ci-dessous dans Word, ou dans votre gestionnaire de mails :

La dictée, ont peut dire qu’elle a réussi à la rédigé sans faute. C’est grâce à la révision qu’elle a effectuée la semaine passée qu’elle a pu s’en tirer avec autant de facilité. La firme qui l’emplois l’avait libéré d’une journée de travail pour lui permettre d’étudier en vue de cette exercice. Il faut dire que sno employeur encourage fortement le perfectionnement de ces employer. Il l’a d’ailleurs fait fréquemment à d’autres occasions. Le copain de Julie et venu la rejoindre et, ensemble, ils se sont attelés à la tache. Après un bref saut a la bibliothèque municipale, ils ont convenu d’allez étudier chez lui, car il possède un grand nombre de dictionnaires et d’ouvrages de références.

De l’effort…

« Commencez donc par mieux étudier vos élèves », suggère Rousseau dans sa préface de l’Emile, « car très assurément vous ne les connaissez point. ». Cette phrase pourrait être la base d’une nouvelle conception de l’effort.
Pour dessiner à gros traits, il y a deux écoles opposées : la première, la plus ancienne, qui considère que c’est à l’élève de s’adapter au système d’apprentissage, qui se dit pour son bien, dût-il en souffrir d’ennui, voire d’en subir les menaces (directes, de la punition ou indirectes, du déclassement social) ; la deuxième, plus récente, qui voudrait adapter totalement l’apprentissage à l’élève, quitte à glisser vers le clientélisme, au gré des humeurs de l’élève, et une certaine perte de l’autorité.