Un conseil pour l’écrit du bac de français: développer le brouillon.
 


  12 mars 2019

D’un certain « ressentiment » en orthographe
Une note un peu plus psychologique ici (une fois n’est pas coutume), qu’il ne me semble pas inutile de produire alors que les indicateurs de baisse du niveau orthographique des Français sont en train de virer à la culpabilisation générale…(Lire la suite)

26 février 2019

Opinions et vérité à l’heure des réseaux
Dans l’un de ses derniers titres, un rappeur connu dit : « Le monde est un PMU, où n’importe qui donne son mauvais point de vue ». J’amenderais cette intéressante « punchline » de la sorte : où chacun peut donner son point de vue, mauvais s’il est trop hâtif, utile s’il est réfléchi. Ça claque moins bien, mais c’est plus constructif. Car ce n’est pas le fait de…(Lire la suite)

12 février 2019

Votre âge en minutes de lecture par jour
Intimement convaincu de l’axiome : « trop donne rien, un peu donne beaucoup », je propose cette modeste méthode de lecture, en réponse à une question qu’on me pose fréquemment : comment se mettre (ou se remettre) à lire ?…(Lire la suite)

22 janvier 2019

La ponctuation est-elle en option ?
Quelle différence faites-vous entre ces deux phrases ?
Le président n’est pas mort comme on l’avait cru.
Le président n’est pas mort, comme on l’avait cru.
La différence est ténue : elle ne tient qu’à une virgule. Pourtant, le sens est radicalement autre. Dans la première phrase…(Lire la suite)

8 janvier 2019

Minéralogie du raisonnement
J’ai pris l’habitude de présenter l’exercice de la dissertation comme l’observation (minutieuse) des différentes facettes d’un problème. Cela permet de visualiser cette opération intellectuelle si précieuse dans un monde d’opinions hâtives, radicales, et trop peu nourries de connaissances réelles.(Lire la suite)

24 décembre 2018

Un Cantique de Noël
Mon jour de publication tombant cette année la veille de Noël, j’en profite pour donner ici l’incipit (allongé) du plus célèbre des contes de circonstance. Vous le reconnaîtrez sûrement !
Premier couplet – Le spectre de Marley
Marley était mort, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre mortuaire était signé par le ministre, le clerc, l’entrepreneur des pompes funèbres et celui qui avait mené le deuil. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse, quel que fût le papier sur lequel il lui plût d’apposer sa signature.(Lire la suite)

11 décembre 2018

Vouloir supprimer toutes les subtilités de la langue française, c’est un peu comme vouloir raser toutes les petites rues d’une vieille ville.
Mon argument est dans le titre, mais je peux le développer -filer la métaphore- en réponse aux articles, projets éditoriaux et livres qui s’en prennent régulièrement à une supposée trop grande complexité de l’orthographe, le dernier buzz en date concernant l’accord du participe avec le COD. Une langue peut donc raisonnablement être comparée à une ville qui s’est construite au fil des siècles, par élargissements circulaires et strates successives…(Lire la suite)

27 novembre 2018

Choses vues. Un texte prophétique de Victor Hugo
« Hier, 22 février, j’allais à la Chambre des pairs. Il faisait beau et très froid, malgré le soleil et midi. Je vis venir rue de Tournon un homme que deux soldats emmenaient. Cet homme était blond, pâle, maigre, hagard ; trente ans à peu près, un pantalon de grosse toile, les pieds nus et écorchés dans des sabots avec des linges sanglants roulés autour des chevilles pour tenir lieu de bas ; une blouse courte et souillée de boue derrière le dos, ce qui indiquait qu’il couchait habituellement sur le pavé, la tête nue et hérissée. Il avait sous le bras un pain. Le peuple disait autour de lui qu’il avait volé ce pain et que c’était à cause de cela qu’on l’emmenait. »…(Lire la suite)

13 novembre 2018

« Sélection » : le mot poli pour « exclusion » ?
Georges Brassens, dans l’un de ses derniers interviews, se montrait réticent à dire quels étaient ses poètes « préférés », car, argumentait-il, « préférer, ça consiste à rejeter… à rejeter tout le reste ». Que dirions-nous de nos sélections scolaires et universitaires ? Sont-ce les élèves que nous préférons ? Nous avons plutôt coutume de dire que ce sont les élèves les plus méritants, que leur sélection est le fruit logique et naturel de leurs efforts. Vision partiellement vraie…(Lire la suite)

23 octobre 2018

Philo : cercles de la connaissance
Rien de tel qu’un petit schéma pour exercer son humilité.

Le premier cercle figure tout ce que je connais à cet instant : le cumul de mes apprentissages et de mon expérience, avec un niveau variable dans les nombreux et divers domaines de la connaissance. Quand bien même je serais expert…(Lire la suite)

 

Tous les articles

Un conseil pour l’écrit du bac de français: développer le brouillon.

En analysant les causes d’échec à l’épreuve écrite du bac de français, j’ai repéré, outre le manque de connaissances ou de préparation, une constante intéressante : le brouillon du travail d’écriture n’était pas assez développé.

Juste quelques mots clés, épars, quelques phrases griffonnées pour se mettre en train… En général, dans ces copies, la question corpus, qui ne représente pourtant que 4 petits points, est traitée sur un temps trop long (c’est-à-dire plus de 1h20) et c’est le passage intermédiaire du brouillon pour le travail d’écriture qui est négligé, pour pouvoir passer au propre à temps.

Voilà pourquoi je conseille à mes élèves d’inverser cette hiérarchie : de traiter la question corpus comme s’il s’agissait d’un échauffement et le brouillon du travail d’écriture comme le moment le plus important de l’épreuve. Je leur dis que c’est dans la deuxième heure que leur note se joue.

Pour l’invention, le brouillon est capital car c’est le moment où l’on va trouver ses idées, les développer, les agencer et c’est souvent de pauvreté (et donc de blabla pour allonger sa copie) que souffrent les copies.

Pour le commentaire, le brouillon est le moment où l’on va repérer dans le détail les procédés d’écriture, pour les interpréter : autant dire que si ce travail est bien fait (au moins 1 heure), le plan tombera comme un fruit mûr et la rédaction sera une promenade de santé

.
Pour la dissertation, problématisation et rappel des connaissances ne peuvent se faire que préalablement à la rédaction, personne ne voyant jamais son raisonnement se dérouler logiquement d’emblée.

Ci-après mes conseils de gestion du temps pour les trois travaux d’écriture, que vous pouvez également télécharger ici: invention, commentaire composé, dissertation.

___________________________________________________________________________

Écriture d’invention               /3h

Idées                                             (1h-1hl5)
Prendre le temps du brouillon, quitte à passer par des blancs ; plus il y aura d’idées, plus il sera aisé de ne choisir que les meilleures lors du plan.
Chercher des idées personnelles,
des idées dans les textes du corpus,
et dans des éléments du cours de l’année.
Trouver des idées ne suffit pas ; il faut également les développer.
Il n’est pas utile de rédiger pendant cette première phase ; le travail peut se faire uniquement sous la forme de prise de notes.

Organisation des idées                                 (15 min)
Choisir et classer ces idées de manière cohérente.

Rédaction                                         (1h30 – 1h45)
Le style est très important dans cet exercice : ne pas hésiter à faire des essais au brouillon
pendant la rédaction et, bien sûr, se relire.

N.B. Ce qui est noté c’est autant l’adaptation au sujet (respecter les consignes de forme) que l’originalité.
Les 3h doivent être pleinement utilisées ; en général, quand l’invention est finie bien avant l’heure, c’est que le traitement en a été superficiel. S’interdire de commencer à rédiger avant au moins une heure de préparation et de recherche. Il s’agit ici d’essayer d’« écrire », et pas seulement de rédiger : le discours d’un président ou la lettre d’un soldat n’auront pas le même vocabulaire, pas le même ton… Il faut se mettre « dans la peau » des personnages concernés quand il s’agit d’écrire un extrait de roman, une scène de théâtre ; pour un travail poétique il faut faire appel à sa sensibilité ; pour une argumentation il faut affiner ses idées, choisir une stratégie…

___________________________________________________________________________

Commentaire composé               /3h

Remarques générales – Structure du texte                     5 – 10 min
Commentaire linéaire                                 1 h l5 min
Observer

Il s’agit d’observer l’écriture elle-même, et non seulement le contenu. Comment est-ce écrit ?

Figures de style
Lexique
Structure du texte, progression, chute, disposition
Syntaxe (liens logiques, longueur et construction des phrases…)
Temps verbaux
Prosodie (rythme, sonorités, rimes…)
Ponctuation
Enonciation, point de vue
Procédés rhétoriques…

Inventio / dispositio / elocutio
En fonction du type de texte, les procédés utilisés sont différents :
Roman : point de vue, invention, portraits, déroulement du récit (situation initiale, péripéties…)
Poésie : images, versification, sonorités…
Théâtre : -didascalies, apostrophes, apartés, jeu des répliques, mise en scène, ton…
Essai / texte à visée argumentative : schéma argumentatif, stratégie de persuasion, réfutation, antiphrases, exemples et contre-exemples…

Interpréter

Pourquoi est-ce écrit, ainsi ? Quel est le but recherché ? Quel effet est produit ?

A ne pas confondre avec la répétition du sens du texte
Parmi les effets : atmosphère, connotations, sens cachés, ou implicites, expression, des sentiments, méthode d’argumentation, thèmes, polysémies (plusieurs sens possibles), rapports avec autres passages, allusions, ton, etc.

Ici aussi cela dépend du type de texte commenté :
Le but principal d’une poésie peut être d’émouvoir, d’exprimer des sentiments, de suggérer une beauté.
Un texte argumentatif peut chercher à convaincre, un conte à amuser etc.
Se poser la question : qu’est-ce que cet auteur, dans ce texte, cherche à me faire sentir ?
Peu à peu se dégagent les grands choix d’écriture de l’auteur.

N.B. Le danger du commentaire (la paraphrase) est de rester au niveau de la compréhension, et de redire le texte ; il faut montrer simplement comment il est écrit, de quelle manière.

v1    observation                    observation            etc.
↳ interprétation                ↳ interprétation
v2     etc.

Reporter à part les interprétations principales
Attention avec cette méthode de ne pas isoler les phrases ou les vers. Les éléments d’un texte sont en lien les uns avec les autres et suivent une progression voulue par l’auteur.

Plan                                                20 min
Souligner les interprétations, et des éléments qui « reviennent » souvent formeront peu à peu les parties et les sous-parties (attention aux titres de parties seulement thématiques : l’amour, la femme etc. ; ainsi qu’aux titres trop formels : les métaphores, les procédés… à proscrire ; un bon titre de partie prend en compte le fond et la forme). Faire des renvois aux parties choisies dans le corps du commentaire linéaire.
Les deux règles d’or d’un plan : l’équilibre et le mouvement.
L’équilibre : les sous-parties doivent faire à peu près la même longueur.
Le mouvement : les parties doivent avoir un mouvement logique et donc ne devraient pas pouvoir être interverties.
Rédaction                                        1 h 45min
Rien n’empêche de rédiger des phrases au brouillon pour se « lancer », mais ne pas rédiger le devoir avant au brouillon, c’est une perte de temps. Préparer éventuellement l’introduction et la conclusion. Se relire, il peut y avoir jusqu’à 3 points pour l’orthographe.
Intro :
amener le sujet (attention aux platitudes, trouver un axe général mais en lien avec le texte, par exemple un thème en littérature. . .)
poser le sujet (titre, auteur, œuvre, année, situation de l’extrait, bref récit)
[problématique]
annoncer le plan (I,-II, III)

Développement :
Phrases d’annonces des parties/ Phrases d’annonces des sous-parties.. . Bilans parties, transitions.
Idée / Citation / Commentaire de la citation

Conclu :
Reprise des parties (IAB, IIAB, IIIAB) →[réponse à la problématique]
Elargissement du sujet

Relecture

___________________________________________________________________________

Dissertation               /3h

L’objet de la dissertation est de répondre à une question littéraire portant sur l’un des groupements de l’année. Il s’agit de donner une réponse complexe à un problème que l’on extrait du sujet.
La dissertation n’est pas : une récitation de connaissances / une discussion libre où l’on donne son avis.
La dissertation est : l’utilisation de ses connaissances dans le but de répondre à une question.
Définir les notions                                    10 min

Creuser les mots du sujet et mettre en relief les liens qu’ils entretiennent.
Ici devrait déjà commencer à se dégager un problème littéraire, qui deviendra la problématique.
Ex : dans une autobiographie, 1’auteur peut-il prétendre être objectif?…On voit là qu’il y a un problème, c’est-à-dire une tension entre deux éléments contradictoires, ou apparemment contradictoires.
Rappel des connaissances, argumentation                    1h

Noter tout ce qui revient du cours en rapport avec le sujet, en essayant, sans rédiger, d’être le plus précis possible. Cette phase est très importante car elle fournit ce qui deviendra la matière de la dissertation.
Les différents axes autour du problème apparaissent.

Problématisation et Plan                                20 min

Formuler le problème en une question : le plan c’est l’agencement logique des éléments qui permettront de répondre à la problématique.
Les deux règles d’or d’un plan : l’équilibre et le mouvement.
L’équilibre : les sous-parties doivent faire à peu près la même longueur.
Le mouvement : les parties doivent avoir un mouvement logique et donc ne devraient pas pouvoir être interverties.

Rédaction au propre                                    1h45

Bien formuler les idées, leurs liaisons. On ne part pas des idées pour les illustrer d’exemples pris dans l’œuvre. On part de l’œuvre pour arriver aux idées.
Une bonne dissertation est une composition riche de références.
Intro : amener le sujet / poser le sujet puis en tirer la problématique / annoncer le plan
Conclu : répondre à la problématique par la reprise des grandes lignes du  développement / élargissement

mardi 9 juin 2015



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Plan du site | Sitemap
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain