L’orthographe ? Je verrai ça après !
 


  10 avril 2018

L’orthographe ? Je verrai ça après !
À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse…(Lire la suite)

27 mars 2018

Intelligence et habileté intellectuelle
Intelligence et habileté intellectuelle sont bien deux choses distinctes. L’intelligence est large et voudrait tout embrasser ; l’habileté intellectuelle est aiguisée et voudrait tout manipuler. On confond souvent les deux…(Lire la suite)

13 mars 2018

La disparition du sujet d’invention au bac de français : une décision malencontreuse
Selon Le Monde, le gouvernement prévoit, dans sa réforme du bac, de supprimer l’un des 3 sujets de l’écrit de français, à savoir le sujet d’invention, pour cause de « bilan mitigé » : bon diagnostic, mauvais remède…(Lire la suite)

27 février 2018

Bescherelle: un exercisier numérique
C’est avec beaucoup de plaisir (et d’honneur) que j’ai participé à la rédaction des exercices et des fiches de cours de la nouvelle application Bescherelle.
Elle est disponible pour le moment sur l’AppStore mais évoluera bientôt vers de nouveaux supports.
Elle propose une large gamme d’entraînements à l’orthographe et à la rédaction…(Lire la suite)


Quelques rébus orthographiques
Voici quelques rébus dont la réponse prend en compte l’alphabet et la typographie.
Exemple :
C POMPES MARCHER
(Solution: Marcher à côté de ses pompes)…(Lire la suite)

23 janvier 2018

Un poème en escalier
Que remarquez-vous dans le texte suivant ? Et qu’en dites-vous ?…(Lire la suite)

9 janvier 2018

Niveaux de connaissance
Il y a l’opaque ignorance. Ensuite, il y a l’intuition, ce doute étrange. Puis, la recherche et l’interrogation. Ensuite, des morceaux de compréhension, des fragments de connaissance. Puis l’appréhension plus complète, mais encore superficielle, uniquement intellectuelle : on comprend une chose mais, pour ainsi dire, de l’extérieur. On en voit les contours, on en saisit les leviers, les mécanismes, on en écrirait bientôt une dissertation, puis un traité. Mais cette forme de connaissance n’est pas encore, selon moi, la forme ultime de la connaissance…(Lire la suite)

26 décembre 2017

L’accord des noms composés : un exemple de difficulté orthographique « intéressante ».
Ce que j’appelle une « difficulté intéressante » est une difficulté dont la résolution fait appel à l’esprit d’analyse et à la logique – à la différence d’une difficulté dont la réponse présenterait quelque chose d’arbitraire ou de hasardeux, et qu’on pourrait alors qualifier d’anomalie. La règle de départ est simple et…(Lire la suite)

12 décembre 2017

Dissertation de philosophie : interrogez le présupposé.
Voilà bien l’outil le plus commode pour débrouiller vos sujets de philo : le présupposé. De quoi s’agit-il ? Si l’on partait d’un peu plus loin, on pourrait d’abord dire de lui qu’il est une sorte de cousin éloigné du préjugé…(Lire la suite)

28 novembre 2017

Les Boloss, par Jean R.
Hommage doit être rendu à une grande figure du cinéma et du théâtre français, qui nous a quittés le mois dernier pour rejoindre l’Olympe des passeurs de mots…(Lire la suite)

 

Tous les articles

L’orthographe ? Je verrai ça après !

À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse. D’ailleurs, je n’obtiens jamais de réponse convaincante à ma repartie : mais pourquoi écrire d’abord le mot avec une faute pour ensuite devoir revenir dessus ?

Il apparaît que, dans une part relativement importante de la population, l’orthographe (encore devrait-on dire l’orthographie si l’on écoutait Littré) l’acte d’orthographier s’est dissocié de l’écriture, plus précisément du moment où l’on écrit : chez ces rédacteurs, de tous âges, on écrit d’abord, et on orthographie ensuite. A une époque où l’on n’a jamais autant écrit, il me semble primordial de corriger cette fâcheuse dissociation.

A-t-elle lieu parce nous sommes davantage pressés, dans tout ce que nous faisons, y compris écrire ? C’est une explication possible, le mauvais remède consistant à penser qu’un robot s’occupera de cette tâche fastidieuse à notre place : nous lui soumettrons des mots à peine réfléchis et écrits à la va-vite et il mettra ça en forme : orthographe, syntaxe, etc. Commençons donc peut-être par ralentir.

L’idée qu’on devrait orthographier ses productions écrites après les avoir rédigées pourrait un peu être comparée, même si le risque est bien moindre, à un conducteur automobile qui dirait : je mettrai tous les clignotants une fois arrivé dans mon garage. La relecture finale n’est qu’un filet de sécurité, une sage vérification, mais l’orthographe doit se faire pendant que l’on écrit. Pour employer un terme un peu savant, elle doit être consubstantielle à l’écriture.

Contrairement à ce que pensent certains, cela ne va pas leur faire « perdre leur idée » : un accord ou une question de consonne double n’ont pas cette nocivité ! Au contraire, s’interroger sur la graphie des mots au moment où on les emploie ne peut qu’en améliorer le choix. Soigner son orthographe, c’est aussi soigner sa pensée…

Si je reprends ma métaphore de la conduite, je vois que le cerveau est tout à fait capable de faire plusieurs choses à la fois, tant que ces choses participent d’un même acte, en l’occurrence s’exprimer à l’écrit, selon un temps et une modalité qui ne sont pas les mêmes qu’à l’oral : je peux donc en même temps chercher un adjectif adéquat, l’accorder selon la règle idoine -et j’ajoute : ponctuer correctement ma phrase.

J’ai entendu une fois quelqu’un me dire : je mets tous les accents à la fin ! Quelle gymnastique tarabiscotée !

Puisqu’il y a là-dessous de fausses idées de gain de temps, il est également facile de démontrer que ce n’est ni vrai (c’est plus long en deux fois) ni efficace (on laisse passer plus de coquilles).

Moralité : C’est en voulant gagner du temps qu’on en perd vraiment.

_

_

mardi 10 avril 2018

_

_

_



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Plan du site | Sitemap | Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain