Comment transmettre la littérature ?
 


  9 octobre 2018

Orthographe : avez-vous un œil de lynx ?
Un petit test simple pour le savoir. Contrairement aux exercices usuels, ce texte ne contient pas plusieurs fautes à trouver mais une seule ! Saurez-vous la débusquer dès la première (éventuellement la deuxième) lecture ?(Lire la suite)

25 septembre 2018

Comment transmettre la littérature ?
La difficulté de cette question tient sans doute à la nature même de ce qu’on aimerait faire passer, faire découvrir, faire aimer ; si j’emploie le terme de transmettre dans la formulation de la question, c’est que je pose comme premier préalable que la littérature ne peut pas « s’enseigner » -du moins pas comme on enseigne la chimie, la géographie ou la programmation informatique. La littérature étant un art,…(Lire la suite)

11 septembre 2018

Baladodiffusion : apprenez en vous promenant !
On ne mesure peut-être pas encore les effets positifs sur le savoir que pourra avoir, à terme, le succès croissant du podcast ; la francisation « baladodiffusion » n’a guère pris dans l’usage, sans doute à cause de sa longueur, mais elle ne manquait pas d’un …(Lire la suite)

26 juin 2018

Maîtriser l’orthographe française : entraînez-vous également sur papier !
Dans la foulée de notre travail sur l’application Bescherelle, et en parallèle de la nouvelle Certification, Hatier publie cet été un livre de cours et d’exercices d’orthographe organisé en doubles pages : à gauche la règle ; à droite des exercices, conçus de manière à…(Lire la suite)

12 juin 2018

Un mystérieux « desiderata »
Les textes célèbres ne sont pas tous signés, c’est le cas par exemple de ce manuscrit retrouvé dans l’église Saint-Paul de Baltimore, en 1693, qui a, depuis, connu une fortune mondiale…(Lire la suite)

22 mai 2018

Suggestions de mon clavier
Hier, j’étais en train d’écrire sur ma tablette « a u j o u… » et voilà qu’une étiquette s’affiche et me propose de valider « aujourd’hui ». Bien joué, Steve Jobs ! C’est effectivement ce que je voulais écrire. J’ai donc, par flemme (ce point est important), validé l’étiquette qui a fini le mot à ma place. Quelques secondes plus tard…(Lire la suite)

8 mai 2018

La métaphore du panier de pommes, de Descartes
Voici la méthode que propose Descartes pour bien raisonner…(Lire la suite)

24 avril 2018

Quelle est la singularité de ce texte ?
Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la …(Lire la suite)

10 avril 2018

L’orthographe ? Je verrai ça après !
À force d’entendre cette remarque, ou l’une de ses nombreuses variantes ( « non, mais là je ne me suis pas encore relu », « j’ai pas regardé l’orthographe », « je ne me suis pas encore occupé de l’orthographe, attendez, je vais relire », « j’ai pas fait attention aux fautes »…) j’ai fini par me dire qu’il y avait là un problème digne d’intérêt, plus profond qu’une simple question de paresse…(Lire la suite)

27 mars 2018

Intelligence et habileté intellectuelle
Intelligence et habileté intellectuelle sont bien deux choses distinctes. L’intelligence est large et voudrait tout embrasser ; l’habileté intellectuelle est aiguisée et voudrait tout manipuler. On confond souvent les deux…(Lire la suite)

 

Tous les articles

Comment transmettre la littérature ?

La difficulté de cette question, à laquelle tout le monde aimerait trouver une réponse simple et définitive, tient sans doute à la nature même de ce qu’on aimerait faire passer, faire découvrir, faire aimer ; si j’emploie le terme de transmettre dans la formulation de la question, c’est que je pose comme premier préalable que la littérature ne peut pas « s’enseigner » -du moins pas comme on enseigne la chimie, la géographie ou la programmation informatique. La littérature étant un art, et non une discipline de connaissances, vouloir la transmettre comme une simple somme de notions et de méthodes d’analyse de textes est une réduction, pour ne pas dire un contresens. Je renvoie à cet extrait de film lumineux !

Je pose comme second préalable de ne pas perdre de vue que l’objectif réel d’un cours de Lettres est de faire de futurs lecteurs, et non de consolider la rentabilité d’un dossier scolaire ou d’augmenter quelque fantomatique « culture générale » pour être admis dans une bonne prépa.

Comment faire découvrir, donc, un grand texte à un Collégien, un Lycéen ? (La question de la transmission à des adultes mérite un traitement différencié.) Le problème est que le pédagogue n’a le choix qu’entre deux mauvaises solutions. Imposer la lecture de classiques permettra de les faire connaître à tous, mais fera courir le risque, à cause du fait même de les avoir imposées, d’en dégoûter certains, pour toute leur vie. Hélas, les témoignages ne manquent pas. Pour autant, faire sauter le principe de « lectures obligatoires » (quelle affreuse expression, quand on y pense !) laisserait à l’élève sa liberté de découverte, mais on risquerait qu’il n’en découvre jamais aucune, voire qu’il se perde dans les tout premiers sentiers d’une si vaste forêt. Dans le premier cas, on arrive à l’opposé complet de l’objectif de départ ; dans le second, rien ne se passe. Entre un autoritarisme contre-productif et un pédagogisme inefficace, où inscrire l’état d’esprit de son cours ?

A défaut de pouvoir faire monter ses élèves sur une table pour regarder la classe d’un œil différent, comment transmettre ces objets si particuliers que sont un poème, un roman… ? Est-ce qu’un traité de didactique peut répondre à cela ? Je ne le pense pas. Je vais donc partir des témoignages que j’ai pu accumuler sur ce sujet, et schématiser ce qui, selon moi, en ressort. Ce qui marche, ce qui ne marche pas. Je vois trois groupes, en proportions inégales. ¼ des élèves à qui l’école a donné le goût à la littérature et qui, grâce à elle, liront toute leur vie. ¼ des élèves diront, plus tard, que c’est l’école elle-même qui les a dégoûtés de la littérature. Et une grosse moitié qui n’a été ni rebutée ni convaincue, qui garde un souvenir attendri mais plat de ses lectures de Première, et dont la bibliothèque contient quelques classiques, restant sagement au même endroit.

Si j’essaye d’analyser ce qui n’a pas marché, ou moyennement, je vois systématiquement revenir cette question, ici mal vécue, de l’obligation de lire. S’y ajoutent parfois une remarque blessante d’un professeur (qui a en quelque sorte contaminé le goût pour la matière), et l’incompréhension de l’intérêt des exercices donnés. Bien sûr, l’école  a déjà prévu des « activités complémentaires », censées atténuer les deux obligations de présence et de révision (le contrôle) : les sorties théâtre, exposés, lectures cursives et autres… mais ont-elles le pouvoir de lever l’obstacle ?

Chez les élèves pour qui l’école a réussi son rôle de transmission, il semble que le caractère obligatoire n’ait pas eu d’effet négatif. On en trouve même qui reconnaissent que c’est une condition sans laquelle ils n’auraient pas pu faire ces découvertes. Mais l’élément qui revient invariablement dans cette catégorie d’élèves, c’est la rencontre avec un prof « passionnant », dont l’éclat ne faiblira pas avec les années (cf. le succès inattendu de ce hashtag sur twitter), un prof qui était animé par sa matière, en l’occurrence les livres -et son seul exemple, les inflexions sincères de sa voix, sa culture vivante ont joué comme un aiguillon. C’est par le biais de ce médiateur bienveillant qu’une rencontre avec une œuvre particulière, ou un auteur, a pu se produire, et que l’étincelle a pu se produire.

J’en viens donc à cette conclusion : on ne doit pas tant essayer de transmettre la littérature que le goût de la littérature. C’est par rayonnement, et non par contrainte, que le relais se passe. Cela vaut bien sûr pour les enseignants, mais également pour les parents… Nombre d’entre eux me demandent régulièrement ce qu’ils pourraient faire pour que leur(s) enfant(s) lise(nt). J’ai pris l’habitude de leur répondre : lisez vous-mêmes…

_

_

_

mardi 25 septembre 2018

_

_

 



 
Contact
Pour toute question ou renseignement, vous pouvez m'écrire à l'adresse mail ci-dessous, remplir le formulaire présent en page de contact, ou me contacter par téléphone, ce qui reste la solution la plus simple.

Olivier Chartrain
Mob : 06 75 92 82 19
Mail : contact@cours-olivier-chartrain.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Mentions légales | Crédits | Contact
Olivier Chartrain : formation, cours particuliers et suivi en ligne à Nantes et ses environs
contact@cours-olivier-chartrain.fr | Siret : 511 100 943 00014 | Mob 06 75 92 82 19
Numéro de prestataire de formation : 52 44 05697 44
Plan du site | Sitemap
Création du site : © Click Busters

cours de français Nantes - formation professionnelle français - cours de français en ligne - apprendre le français en ligne - cours particuliers français Nantes - cours de français pour adultes - cours de français seconde - cours de français pour étrangers - cours particuliers philosophie - cours philosophie terminale es - cours de philosophie terminale s - méthodologie synthèse de documents - formation remise à niveau français - remise à niveau français - remise à niveau orthographe - cours de français en entreprise - formation français dif - e-learning français - cours de français pour les salariés - formation professionnelle Nantes - cours de philosophie en ligne


Profil Google + de Olivier Chartrain - Page Google + de Cours Olivier Chartrain